Le chauffage au bois : une énergie écologique et performante

Publié le Jeudi 19 Janvier 2023 et mis à jour le Jeudi 26 Janvier 2023 - Les actualités du Bois

Le chauffage au bois est-il écologique ? Peut-on réduire ses émissions polluantes, tout en profitant d’un chauffage au bois performant ? Avec les bons appareils et quelques bonnes habitudes, c’est possible ! Suivez le guide.

buches de chauffage écologique

Récemment, l’Agence de la transition écologique (Ademe) a relancé sa campagne « Chauffage au Bois Performant – Chaque geste compte ». Cette campagne d’information a pour but de permettre aux particuliers de limiter l’impact environnemental de leur mode de chauffage, tout en bénéficiant d’un meilleur rendement énergétique. Pour ce faire, il suffit d’appliquer quelques gestes simples et de veiller à choisir la bonne installation de chauffage.

Le chauffage au bois est-il écologique ?

Le bois est officiellement considéré comme une énergie renouvelable. En effet, il est issu de la biomasse, comme le bioéthanol, par exemple. Cela signifie que, contrairement à une énergie fossile, il n’est pas puisé dans le sol. Car, comme vous le savez, le bois est cultivé et récolté. Pour l’heure, la quantité de bois abattue est équivalente à celle produite : le bilan carbone de cette énergie est donc nul.

Toutefois, brûler du bois suscite une pollution de l’air. En effet, en brûlant, le bois produit du monoxyde de carbone, des composés volatiles, ainsi que des particules fines. Par ailleurs, son transport, du lieu de production jusqu’aux foyers des consommateurs, implique une consommation de carburant.

Toutefois, le bois reste l’une des énergies les moins chères sur le marché. De plus, le chauffage au bois peut tout à fait s’avérer écologique dans de bonnes conditions d’utilisation. Il est donc possible de combiner économies, performance et éthique. Pour ce faire, l’Ademe préconise quelques bonnes habitudes de consommation, afin de limiter les émissions polluantes.

Comment limiter la pollution de mon chauffage au bois ?

Pour bénéficier d’une installation au bois écologique et performante, l’Ademe recommande d’éviter les foyers ouverts, d’opter pour un poêle suffisamment récent et d’adopter quelques bons gestes au quotidien.

Éviter les cheminées ouvertes

Une cheminée ouverte n’est ni performante, ni écologique. En effet, son rendement n’est, en moyenne, que de 15 %. Lorsqu’on y insère une bûche, 85 % de l’énergie se perd. La combustion s’avère donc peu efficace. De plus, un bois brûlé dans une cheminée ouverte génère une pollution importante. Ses émissions dégradent la qualité de l’air intérieur, comme extérieur.

Choisir un poêle performant

En premier lieu, choisissez un poêle labellisé « Flamme verte ». Ce label garantit des performances énergétiques et environnementales testées en laboratoire. Dans un second temps, optez pour un poêle récent et moderne. Vous obtiendrez ainsi des performances et un rendement optimisés.

poêle à bois

Qu’ils soient à bûches ou à granulés, en acier ou en fonte, les poêles modernes fournissent une chaleur confortable, avec le moins de déperdition d’énergie possible. De plus, leurs fumées rejettent assez peu de particules fines.

Toutefois, lors d’une combustion dégradée (en raison d’un manque ou d’un trop-plein d’oxygène, voire d’un bois humide), votre poêle dégagera davantage de polluants et produira moins de chaleur. D’où l’importance d’adopter quelques bons réflexes au quotidien.

Les bons réflexes pour un chauffage au bois plus écologique

En premier lieu, l’Ademe recommande de prêter attention au bois de chauffage que vous utilisez :

  • choisissez un bois sec, bien préparé et bien écorcé ;
  • préférez les bûches fendues ;
  • n’utilisez pas de bois traités (anciens meubles, produits agglomérés, bois ramassés sur des chantiers, etc.) ;
  • veillez à rentrer le bois à brûler 48 heures avant la combustion.

Bon à savoir

Préservez votre bois de chauffage de l’humidité en le stockant sous un abri couvert, contre un mur de préférence. Veillez à ce que l’air circule dans l’interstice entre les bûches et le toit de votre abri, puis prévoyez une aération au-dessous.

Dans un second temps, prenez de bonnes habitudes, afin d’utiliser correctement votre appareil de chauffage :

  • faites attention à ne pas surcharger le foyer ;
  • allumez toujours votre feu par le haut ;
  • ouvrez les entrées d'air à l'allumage ou au moment du rechargement, puis réduisez leur ouverture lorsque le feu est bien actif, sans jamais les fermer complètement ;
  • respectez la notice d’utilisation de l’appareil ;
  • nettoyez régulièrement votre appareil et videz les cendres.

Enfin, ne négligez pas d’entretenir votre système de chauffage au bois. Un entretien doit être effectué par un professionnel une fois par an. De même, le ramonage du conduit de fumée s’opère au moins une fois dans l’année, toujours sous l’égide d’un professionnel. Retenez qu’un appareil de chauffage mal entretenu émet davantage d’émissions polluantes et consomme plus d’énergie.

Quels sont les appareils de chauffage au bois les plus écologiques ?

Pour un chauffage au bois aussi performant qu’écologique, il est important de choisir des équipements modernes, conçus pour optimiser les performances et limiter les émissions polluantes. Un appareil récent bien utilisé peut émettre jusqu’à 10 fois moins de particules qu’un dispositif ancien ou qu’une cheminée ouverte. Poêle, chaudière ou cuisinière au bois, vous avez le choix !

Le poêle à bois

Il existe deux types de poêles à bois :

Les poêles à bûches (en acier ou en fonte) : à régime normal, ils ont un rendement maximal de 75 à 90 %. À faible régime, leur taux de rendement s’avère plus bas.

Les poêles à granulés (en acier ou en fonte) bénéficient d’un meilleur rendement, généralement supérieur à 85 %.

Les poêles en fonte ont l’avantage de mieux retenir et restituer la chaleur. D’un meilleur rayonnement que les modèles en acier, ils diffusent la chaleur plus durablement. Cependant, les poêles en fonte nécessitent un certain laps de temps pour monter en température. Lourds, ils ne peuvent être installés à l’étage, à moins d’un sol renforcé.

Moins chers que les appareils en fonte, les poêles en acier chauffent aussi plus rapidement. De plus, ils s’avèrent bien moins lourds. Une solution idéale pour installer un chauffage à l’étage supérieur d’une maison.

La chaudière au bois

La chaudière au bois est reliée directement au circuit de chauffage du logement. La chaleur de la combustion irradie ensuite dans les appareils émetteurs (radiateurs, plancher chauffant), répartis dans les différentes pièces. Il en existe deux catégories :

  • les chaudières à bûches ;
  • les chaudières aux pellets (granulés de bois).

Les chaudières à bûches ont l’avantage de coûter moins cher à l’achat et à l’installation que les appareils à pellets. De même, les bûches destinées au bois de chauffage affichent un coût moins élevé à la tonne que les granulés.

chaudière au bois

Toutefois, les chaudières à pellets bénéficient d’un meilleur rendement énergétique. De plus, les pellets constituent un combustible plus écologique, dans la mesure où ils peuvent être issus de matériaux recyclés. Entreposés dans un silo, ils sont aussi plus simples à stocker.

La cuisinière au bois

À la fois appareil de chauffage et de cuisson, la cuisinière au bois est appréciée pour son double emploi. En effet, elle permet non seulement de cuisiner, mais aussi de chauffer une pièce principale, ainsi que les pièces adjacentes, en irradiant de la chaleur.

Selon les modèles, une cuisinière au bois peut comporter différents moyens de cuisson :

  • une plaque de cuisson au-dessus du foyer de combustion ;
  • une deuxième plaque, plus éloignée de la source de chaleur, pour les cuissons mijotées ;
  • un four.

Par ailleurs, une cuisinière au bois peut être équipée d’un bouilleur. Ce dispositif lui permet de chauffer plusieurs pièces en même temps, ainsi que l’eau sanitaire. Une fois raccordée au système de chauffage et au ballon d’eau chaude, elle remplit les mêmes fonctions qu’une chaudière.

Découvrez les Bûches Premium de TotalEnergies