4 choses à faire pour réduire la pollution de son bois de chauffage

Publié le Mardi 14 Novembre 2023 et mis à jour le Jeudi 23 Mai 2024 - Les actualités du Information

Si le bois est assurément une énergie renouvelable, divers polluants sont émis durant sa combustion. Voici 4 moyens de réduire drastiquement la pollution de votre appareil de chauffage au bois.

Réduire ses émissions de CO2 avec un chauffage bois

Première source d’énergie renouvelable utilisée en France, près de 7 millions de foyers se chauffent aujourd’hui au bois. Cette énergie, moins polluante que le fioul et le gaz, a toutefois un impact sur la qualité de l’air extérieur puisqu’elle émet une quantité importante de particules fines lors de sa combustion. Pour minimiser cela, un certain nombre de bonnes pratiques s’imposent. On vous les détaille.

Pourquoi le bois de chauffage pollue ?

Le bois est l’une des seules énergies que l’on pourrait qualifier de presque neutre. En effet, sa combustion est peu émettrice de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre : elle en rejette 11 fois moins que le fioul, 5 fois moins que le gaz et 4 fois moins que l’électricité. Le CO2 rejeté est absorbé par les arbres. En d’autres termes : en brûlant, le bois rejette du dioxyde de carbone mais n’en ajoute pas à l’atmosphère.

Toutefois, le chauffage au bois peut être à l’origine d’une pollution de l’air significative lorsque la combustion est réalisée dans de mauvaises conditions : foyer ouvert ou appareil très ancien, chauffage au bois mal entretenu et mal utilisé, bois humide ou souillé.

En brûlant, le bois émet alors divers polluants (monoxyde de carbone, oxydes d’azote, noir de carbone, benzène…), y compris une quantité importante de particules fines. Ces dernières sont particulièrement dangereuses pour la santé, puisqu’elles peuvent causer des maladies respiratoires et cardio-vasculaires.

Bon à savoir

Le secteur résidentiel est le premier émetteur des particules fines en France, dont la quasi-totalité provient de la combustion des appareils de chauffage.

Chauffage au bois et particules fines : comment réduire la pollution de son équipement ?

Pour réduire la pollution de son appareil de chauffage, il existe heureusement plusieurs bonnes pratiques à mettre en place.

1. Opter pour un appareil de chauffe en bon état et récent

Tout d’abord, il est conseillé de se tourner vers un dispositif de chauffage récent, fabriqué après 2002. En effet, un poêle performant et bien utilisé émet jusqu’à 10 fois moins de particules fines qu’un vieux poêle.

Si vous ne savez pas quel modèle choisir, le label « Flamme verte 7 étoiles » est un bon point de repère. Il garantit la qualité, le rendement et les hautes performances énergétiques et environnementales des équipements de chauffage au bois.

Notez également que si vous installez un chauffage au bois, vous pouvez bénéficier d’un certain nombre d’aides en fonction de vos ressources : aides de l’État, des fournisseurs d’énergie et des collectivités locales.

2. Entretenir son équipement de chauffage régulièrement

Deuxième bon réflexe : bien entretenir son appareil de chauffage. Il est recommandé de nettoyer un insert ou un poêle chaque semaine et de faire ramoner son conduit de fumée au moins deux fois par an (dont une fois en hiver pendant la période de chauffe). Cela vous permettra non seulement de maintenir un rendement et une performance optimale de votre installation, mais également de limiter les effets polluants !

Chauffage au bois et particules fines

3. Bien choisir son bois de chauffage

Le choix du bois joue également un rôle important. Pour limiter l’encrassement de votre poêle à bois et l’émission de particules fines, il est recommandé de :

  • brûler du bois bien sec avec le moins d’écorce possible : plus le bois est sec (taux d’humidité inférieur à 20 %), plus sa combustion est rapide et moins le niveau de particules fines relâchées dans l’air est important ;
  • privilégier l’utilisation de bois durs : le chêne et le merisier, par exemple, sont recommandés car ils brûlent plus lentement et dégagent moins de fumée ;
  • utiliser de préférence des bûches fendues : les bûches fendues permettent d’améliorer le séchage du bois et donc de limiter les vapeurs toxiques à la combustion ;
  • ne pas brûler des bois traités : les vieux meubles, les agglomérés et les bois récupérés sur des chantiers dégagent des polluants particulièrement nocifs lorsqu’ils sont brûlés.

4. Utiliser correctement son appareil de chauffage

Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), 82 % des émissions de particules fines liées au chauffage à bois sont causées par les foyers ouverts à bûches. Pour les cheminées et les inserts, privilégiez donc plutôt les foyers fermés.

L’Ademe préconise également :

  • de ne pas surcharger le foyer ;
  • d’allumer votre feu par le haut ;
  • de régler le tirage pour obtenir la meilleure combustion possible ;
  • de respecter les consignes d’utilisation données par le fabricant ;
  • de nettoyer votre appareil de chauffage et de vider le cendrier régulièrement.

Découvrez les Bûches Premium et les Pellets Premium de TotalEnergies