Comment augmenter le rendement de sa cheminée ?

Publié le Jeudi 15 Décembre 2022 et mis à jour le Mercredi 25 Janvier 2023 - Les actualités du Entretien de vos équipements

Vous désirez augmenter le rendement de votre cheminée, mais ne savez pas exactement comment vous y prendre ? Découvrez ces quelques astuces qui vous permettront de consommer moins de bois tout en chauffant correctement votre maison, sans surconsommation d’énergie ni dégagement de particules polluantes.

augmenter le rendement de votre cheminée

Nous vous dévoilons les solutions les plus efficaces pour optimiser le rendement de votre cheminée tout en faisant d’importantes économies d’énergie. Installation d’un insert fermé, dimensionnement de l’appareil, choix du combustible, conditions de stockage et entretien, découvrez toutes nos astuces pour vous chauffer de manière optimale !

Augmenter le rendement de sa cheminée : le choix de l’appareil et des matériaux

Vous souhaitez accroître le rendement de votre cheminée ? Faites-le dès aujourd’hui en adoptant ces gestes simples.

Le choix d’un insert fermé

Pour améliorer les performances de votre cheminée, le premier geste à adopter est de fermer le foyer. Le rendement d’un foyer ouvert se situe aux alentours de 10 % tandis que les cheminées avec insert ont un rendement d’environ 70 %, voire 75 ou 80 % si elles sont labellisées « Flamme verte ». En plus d’augmenter la puissance de chauffage, vous réduisez considérablement vos émissions de polluants.

Une fois l’insert installé, vous pouvez encore optimiser son rendement à l’aide de certains accessoires comme une plaque foyère ou un récupérateur de chaleur que vous placerez à l’intérieur du foyer.

La puissance de l’appareil de chauffage

Le saviez-vous ? Le choix d’une cheminée trop puissante peut être contre-productif et influer négativement sur son rendement. En effet, si celle-ci est trop grande et trop puissante pour la surface à chauffer, alors la température grimpe trop haut. Les usagers se voient donc obligés de diminuer la chaleur du foyer, ce qui est assez polluant.

Pour un rendement optimal, mieux vaut donc adapter la puissance de l’appareil et celle de l’insert. Cette dernière doit être déterminée en fonction du niveau d’isolation de la maison, de la surface de la pièce dans laquelle sera installée la cheminée et de la configuration de l’espace. En règle générale, comptez 1 KW pour chauffer 10 m2.

L’installation par un professionnel

Pour que votre insert fonctionne de manière optimale, il est important de confier l’installation de la cheminée à un professionnel porteur de la mention « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). L’installation sera ainsi faite dans le respect des normes en vigueur et votre assurance vous dédommagera en cas de sinistre. Ce contact avec un expert vous permet également de poser toutes vos questions au sujet de la bonne utilisation de l’appareil.

Obtenir un chauffage optimal : choix et stockage du combustible

Les performances de votre cheminée dépendent en grande partie du choix du combustible ainsi que de ses conditions de stockage. Adoptez les bons réflexes !

Le choix du bois

Le choix de votre combustible est déterminant. Au moment d’alimenter votre cheminée, plusieurs options s’offrent à vous : le bois bûche, le granulé de bois (résidus de scierie compactés), la plaquette forestière (déchets végétaux broyés et branchage) et les briquettes de bois issues de la compression de bois déchiqueté sous forme de bûchettes. Ce bois doit impérativement être sec et contenir moins de 20 % d’humidité.

La nature du bois peut également avoir un impact sur la puissance du chauffage. Les bois durs tels que le hêtre, le chêne ou l’érable offrent un meilleur rendement que les bois tendres que sont le douglas, le peuplier, le bouleau, etc. Quant aux bois issus de résineux, ils ont tendance à encrasser le conduit de fumée. Ne comptez donc pas sur eux pour vous chauffer.

Les conditions de stockage

conditions stockage bois de chauffage

Les conditions de stockage des bûches jouent aussi un rôle important dans les performances de votre cheminée. Celles-ci doivent être conservées, si possible, en extérieur dans un lieu aéré et couvert afin de protéger le bois des intempéries. Veillez également à les isoler du sol à l’aide d’une bâche ou en les plaçant sur des palettes. Cela les empêchera de pourrir. Enfin, évitez de trop les serrer les unes contre les autres pour laisser l’air circuler.

Si votre bois est déjà sec, alors, vous pourrez le garder à l’intérieur.

La durée de séchage

Le temps de séchage est souvent sous-estimé. En effet, des bûches peuvent sembler sèches en apparence alors qu’il n’en est rien. Sachez qu’un bois coupé au printemps pourra être brûlé au minimum un an et demi après, voire deux ans plus tard. Le temps de séchage sera raccourci à 1 an s’il est conservé à l’extérieur, dans un endroit sec et bien ventilé.

L’allumage et l’alimentation en bois

La technique d’allumage la plus efficace nous vient des pays nordiques. Cette technique d’allumage par le dessus consiste à enflammer des petits bouts de bois et de fins combustibles disposés sur les bûches. Cette méthode permet de préchauffer le conduit de l’appareil tout en diminuant la formation de particules polluantes. Pour faciliter l’allumage, pensez à ouvrir toutes les entrées d’air puis à les refermer (pas en entier) lorsque le foyer est bien chaud.

Il ne sert à rien de surcharger le foyer en bûches. Cela vous obligerait à réduire la puissance de l’appareil en utilisant la manette de réglage de quantité d’air de combustion, ce qui augmente les risques d’encrassage tout comme la pollution.

Entretenir sa cheminée

Le rendement de votre cheminée dépend également de son entretien. Il est d’ailleurs obligatoire de faire ramoner le conduit de fumée deux fois par an, dont une fois pendant la saison de chauffe. Pour cela, il vous faudra faire appel à un professionnel qui vous remettra un certificat de ramonage, souvent exigé par votre assureur.

Commandez dès à présent vos bûches Premium de TotalEnergies