Rénovation : MaPrimeRénov’ reste au cœur de la stratégie d’État

Publié le Jeudi 9 Juin 2022 et mis à jour le Vendredi 24 Juin 2022 - Les actualités du Bois

La nouvelle ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, entend bien s’appuyer sur MaPrimeRénov’, dispositif phare du gouvernement, pour financer les rénovations énergétiques. Son objectif : éradiquer les passoires thermiques d’ici 5 ans.

MaPrimeRénov’

L’ambition du gouvernement est de continuer à rénover 700 000 logements par an. Pour accompagner les propriétaires souhaitant réduire la consommation énergétique de leur logement, différentes aides sont mises en place par l’État et les fournisseurs d’énergie, comme la prime Énergie de TotalEnergies.

Rénovation énergétique : les ambitions d’Amélie de Montchalin

Éradiquer toutes les passoires thermiques grâce à MaPrimeRénov’ : telle est l’ambition d’Amélie de Montchalin, nouvelle ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Grâce à ce dispositif, « depuis 2020, nous arrivons à rénover 700 000 logements par an », a-t-elle expliqué le 3 juin. « Si l'on continue à ce rythme-là, dans cinq ans, nous aurons quasiment éradiqué toutes les passoires thermiques, qui sont mauvaises pour le pouvoir d'achat et pour le climat », a-t-elle ajouté.

Cependant, la plupart des propriétaires qui sollicitent le dispositif MaPrimeRénov’, aide substantielle pour les travaux de rénovation énergétique, le font pour des « gestes » de rénovation. Notamment pour le changement de chauffage, qui est le type de travaux le plus prisé.

Or, pour mener une rénovation énergétique vraiment efficace et gagner plusieurs étiquettes au DPE (diagnostic de performance énergétique), les experts s’accordent à dire qu’il est préférable d’effectuer une rénovation globale comprenant des travaux d’isolation, un changement du système de chauffage, un remplacement des anciennes fenêtres et l’amélioration du système de ventilation du logement. En 2021, l’Anah, l’Agence nationale de l’habitat, n’a dénombré que 57 117 rénovations globales, loin de l’objectif affiché des 700 000 rénovations.

Le saviez-vous ?

Les passoires thermiques sont des logements qui ne sont pas performants énergétiquement (ils ne sont pas nécessairement insalubres). Ce sont ceux qui sont classés F et G au titre du DPE.

MaPrimerénov’, pour quels travaux?

Que ce soit aujourd’hui pour des rénovations globales ou des gestes de rénovation, MaPrimeRénov’ reste aujourd’hui le principal dispositif d’aide à la rénovation énergétique. Il est né, en 2020, de la fusion de deux dispositifs : le CITE (Crédit d’impôt à la transition énergétique) et le programme Habiter mieux agilité de l’Anah.

Elle peut être utilisée pour financer les travaux suivants :

  • l’isolation des combles ;
  • l’isolation des murs par l’intérieur et par l’extérieur ;
  • le changement d’un appareil de chauffage ;
  • l’installation de fenêtres à double vitrage ;
  • la pose de ventilation mécanique contrôlée (VMC double-flux).

Le montant alloué dépend de trois critères :

  • les revenus du foyer ;
  • le lieu de résidence ;
  • les économies d’énergie réalisées après travaux.

Le dispositif MaPrimeRénov’ a, au fur et à mesure, été élargi. Il concerne aujourd’hui tous les propriétaires, occupants ou bailleurs, et quel que soit leur niveau de revenus.

Découvrez les primes d’État pour votre rénovation énergétique !