Aides à la rénovation énergétique : évolution de la loi au 1er trimestre 2023

Publié le Vendredi 3 Mars 2023 et mis à jour le Dimanche 11 Février 2024 - Les actualités du Aides et financement

La première partie de l’année 2023 est marquée par différents changements législatifs relatifs au financement de la rénovation énergétique. MaPrimeRénov’ subit notamment quelques modifications. Cette aide est désormais davantage fléchée vers les rénovations globales. Le Gouvernement entend également donner un coup de pouce à la rénovation des copropriétés.

aide-renovation-energetique-2023

En 2023, le Gouvernement continue d’encourager les propriétaires à réaliser des travaux de rénovation énergétique. En particulier à effectuer des rénovations globales, plus performantes que les simples « gestes » de rénovation. MaPrimeRénov’, dispositif phare d’aide à la rénovation énergétique, a ainsi été fléchée en ce sens.

Rénovation énergétique : un budget globalement orienté à la hausse

Pour favoriser la rénovation énergétique, le Gouvernement a augmenté de 500 millions d’euros le budget de l’Anah, l’Agence nationale de l’habitat. Il a dédié une enveloppe spécifique à la rénovation des passoires thermiques des bailleurs sociaux (200 millions d’euros). Le budget alloué à MaPrimeRénov’ est pérennisé à 2,5 milliards d’euros.

Quels changements pour les rénovations globales ?

Pour pousser les rénovations globales, différentes dispositions ont été prises :

  • Le plafond de travaux financés par MaPrimeRénov’ Sérénité, dispositif réservé aux rénovations globales, est passé, au 1er janvier, de 30 000 à 35 000 euros.
  • Les forfaits « rénovation globale » sont relevés à 10 000 euros pour les ménages aux ressources intermédiaires et 5000 euros pour les ménages aux revenus supérieurs. Ces derniers sont par ailleurs exclus des financements par « geste », sauf en Outre-mer.

MaPrimeRénov’ : les baisses ou suppressions de financement

MaPrimeRénov-baisses-ou-suppressions-financement

Depuis le 1er janvier, MaPrimeRénov’ ne subventionne plus l’achat d’une chaudière au gaz, même si elle est à très haute performance énergétique.

Depuis le 1er février, le montant des subventions pour l’achat d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée) et pour l’achat d’un poêle à granulés a baissé de 500 euros. Il tombe ainsi à 2000 euros pour les ménages modestes et à 2500 euros pour les ménages très modestes.

Le bonus de 1000 euros, versé pour le remplacement d’une chaudière au fioul ou gaz par un équipement à énergie renouvelable (chaudière biomasse, pompe à chaleur, etc.) a prit fin le 1er avril, après une prolongation de trois mois.

Priorité à la rénovation de l’habitat collectif

Pour favoriser la rénovation de l’habitat collectif, MaPrimeRénov’ Copropriétés est non seulement pérennisée, mais également renforcée. Le plafond des travaux finançables passe de 15 000 à 25 000 euros. De plus, les primes individuelles versées aux ménages aux revenus modestes et très modestes sont doublées, passant respectivement à 1500 et 3000 euros.

Se lancer dans des travaux de rénovation énergétique s’avère d’autant plus intéressant en ces temps d’augmentation des coûts de l’énergie !

Découvrez les primes pour votre rénovation énergétique !